• Critique Jimmy's Bastards T.2 par

    Je ne dirais jamais assez à quel point les animaux sont un réconfort important dans nos vies. Il n’est pas rare que, lorsque je broie du noir, mon chat vienne faire un câlin pour détendre l’atmosphère et bizarrement… ça marche. Jimmy, qui est en totale PLS depuis qu’il ait découvert qu’il baigne dans l’inceste depuis belle lurette contre son gré, va devoir se ressaisir. Car la société des bâtards du héros ont bouleversé l’équilibre sexuelle du monde… Il ne restera plus que Nancy et Jimmy pour remettre les choses dans l’ordre. Et pour cela, rien de mieux qu’un chiot pour éponger cette grosse peine !

    Ce 2nd volume qui conclut cette satire de récits d’espionnage se finit de bien belle manière à la sauce Garth Ennis. Ca charcle dans tous les coins où le grotesque est poussé à son paroxysme pour exterminer la menace.

    Franchement, je me suis bien marré à lire cette conclusion. Chaque scène ou confrontation amène son lot de situations incongrues et les résultantes sont toujours guignolesques et trash à la fois. C’est souvent désarçonnant mais tellement hilarant !

    Visuellement, Russ Braun est toujours aussi efficace et excelle dans les expressions de visage toujours aussi lisibles et amusantes. Ce petit côté caricature permet d’alléger le ton assez trash de la série et livre de bons moments de lectures… surtout avec Jimmy et son petit chiot qui a provoqué un grand nombre de fous rires.

    7

    Blackiruah - 29 mars 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Jimmy's Bastards T.2 ?
Ecrire une critique