• Critique Deadpool - Trop tôt T.1 par

    Il existe de nombreux livres sur Deadpool... ceux illustrant ses aventures principales bien sûr, mais aussi ceux où il est accompagné de Cable, où il combat un personnage Marvel quand il les « massacre » pas ou des petites histoires bien à part que l'on peut lire entre tout ça sans que cela n'interfère plus que cela dans la vie du mercenaire disert. On est plus dans ce type de livre ici, une petite pause bien méritée pour Wade, qui a vécu tant d'horribles évènements par le passé. Ça peut être une excuse pour passer le quatrième mur et flinguer le responsable, soit, le scénariste Gerry Duggan.

    Cette histoire se situe donc dans ce passé récent, donc ne soyez pas surpris de revoir la fameuse femme de Deadpool, Shiklah dans ces pages, ou de lire que Wade fait encore partie des Avengers. Mais encore une fois, pas besoin d'avoir suivi la trame principale pour apprécier l'histoire proposée par le romancier Joshua Corin. Ce nom vous dit quelque chose ? C'est normal, vous avez pu lire Spider-Man/Deadpool ! Tiens, encore un exemple pour ma liste non exhaustive de l'introduction, et elle ne cesse de s'enrichir avec le temps.

    Au niveau du scénario, en gros, c'est Deadpool qui joue au Sherlock Holmes après le meurtre de Forbush Man, un ancien personnage apparu pour la première fois en 1955, et ayant un fait-tout sur la tête. J'avoue, fallait le trouver celui-là dans l'immense encyclopédie des personnages Marvel. Ce qui est sûr, c'est que son capital humoristique est garanti, même si celui-ci ne fait qu'une brève apparition, puisque c'est lui qui se fait tuer dès le départ... et il y en aura d'autres, jusqu'à ce que l'on retrouve le responsable ! Mais autant le dire tout de suite, avec Deadpool, ça part souvent dans tous les sens, pour le meilleur et pour le rire.

    On trouve pour l'aider des personnes que l'on n'aurait jamais pensé trouver là, comme le Punisher, très drôle malgré lui, ou l'Ecureuillette, émouvante jusqu'au-boutiste, ou encore Spider-Cochon, déjà énorme par son apparence, même Howard le Canard est appelé pour résoudre cette enquête ! Pour finir, on a aussi la chance d'avoir la présence de Groot et Rocket, notre duo infernal qui sont, à ce moment précis, coincés sur la Terre par une panne de vaisseau... et je ne les aie pas tous cités dans ces lignes pour vous dire la richesse de ce titre à ce niveau. Ne le lisez pas fatigué, vous risquez de passer à côté de blagues, ou de clins d'oeil qui fusent à chaque page, voir à chaque ligne, sans jamais être lourd et sans jamais perdre le lecteur. Je pense franchement qu'à un moment ou un autre, vous allez avoir votre dose de bonne humeur.

    Et, pour ne rien gâcher, les dessins de Todd Nauck sont vraiment bons, on a pu le voir récemment en VO sur Friendly Neighborhood Spider-Man, ou chez DC, en co-créant Young Justice. Son Deadpool est dessiné parfaitement, et j'ai aimé, même s'il changeait un peu la tête à sa manière de Frank Castle ou de Strange. Les couleurs sont aussi pertinentes de la part de Jim Bharalampidis.

    Deadpool a encore des amis, c'est incroyable avec tout ce qui leur a fait subir dans ce Deluxe, par ses choix divers, ou sa malchance en général. Iil faudrait qu'il ait une aventure avec Domino pour en avoir un peu plus, est-elle disponible en ce moment ? Trop tôt ? Bon d'accord !

    8

    Auray - 12 avril 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Deadpool - Trop tôt T.1 ?
Ecrire une critique