• Critique Juste Un Peu de Cendres T.1 par

    Une adolescente américaine, Ashley, a un don ou est victime d’une malédiction, au choix. Elle a les yeux vairons et le pouvoir de distinguer une autre réalité : certains de ses concitoyens lui apparaissent sous une forme pour le moins particulière, entre le démon sorti des enfers et le zombie à la Roméro. Ils sont nombreux et semblent tous reliés par de minces fils de cendre…

    La première collaboration entre Thomas Day (auteur de SF, Sept secondes pour devenir un aigle) et Aurélien Police (illustrateur de nombreuses couvertures de romans, de pochettes d’albums…) sortie chez Glénat, ne laissera personne indifférent.
    On commence la lecture et on pense avoir affaire à un road-movie lorgnant vers Stephen King (le récit bien mené, plutôt haletant, on reste peut-être juste sur notre faim… avec la fin justement), et on se retrouve agréablement surpris par l’aspect social de l’intrigue. En effet, qui sont ces êtres errants entre la vie et la mort que voit Ashley, si ce ne sont tous les déclassés et dominés de la société nord-américaine : drogués, travailleurs précaires, SDF… ? Romero likes this…

    On l’a dit, ce comics ne laissera personne indifférent. Si le scénario devrait remporter tous les suffrages, au niveau du graphisme, ce ne sera pas la même histoire… Le travail d’Aurélien Police est très audacieux : ultra graphique, faisant appel à plusieurs techniques (photo…), c’est très réussit. En revanche, on aime ou on aime pas le tout numérique ! Même les fans du travail d’un Dave McKean sur Arkham Asylum trouveront ça too much… On a effectivement parfois l’impression de lire un bouquin sur un jeu vidéo… Mais franchement, l’ambiance crée par les auteurs, le scénario, et le très bon boulot (il faut quand même le répéter) de l’illustrateur, font de ce one shot une très très agréable surprise.

    7

    bulgroz - 18 janvier 2018

    1 membre aime | Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu Juste Un Peu de Cendres T.1 ?
Ecrire une critique