• Critique Punisher - La Section T.1 par

    Après quatre années d’absence sur le titre, Garth Ennis revient avec Punisher - La Section, accompagné de Goran Parlov au dessin. Les deux compères sont des habitués du justicier et ont déjà signé quelques unes des meilleures histoires du Punisher.
    Tout le monde connaît l’histoire de Frank Castle. Vétéran du Vietnam, qui, de retour, a vu sa famille se faire tuer sous ses yeux, lors d’un règlement de compte entre deux bandes mafieuses, au beau milieu d’un pic-nic à Central Park. Dès lors, il décide de faire justice lui-même et d’éradiquer la pègre de la ville. Mais est-ce vraiment à partir de cet événement que tout bascule pour Frank Castle ? Ne portait-il pas en lui les germes du Punisher, bien avant, pendant la guerre au Vietnam ? C’est le sujet abordé dans ce comic-book. Le thème avait été initié par Garth Ennis et Darick Robertson, en 2003, avec l’excellente mini-série Born. Puis en 2008, Ennis revenait dessus avec six épisodes de la série MAX intitulée : Valley Forge, Valley Forge dessinée par Parlov..
    Le moment de la vie du lieutenant Frank Castle relaté dans le comic-book est d’une grande importance. Il s’agit de l’histoire de son premier commandement d’unité de Marines. Tout se passe au Vietnam et plus particulièrement à l’aube de la grande offensive du Tết. Castle, jeune officier, est affecté à diriger une section, la compagnie kilo. Postée à un avant poste situé à quelques kilomètres de la base américaine de Khe Sanh dans le sud du Vietnam. Alors qu’il n’a aucune expérience, Castle va faire preuve d’un grand sens de leadership, et sauver à plusieurs reprises ses compagnons d’armes en repoussant plusieurs assauts Vietnamiens. C’est à travers le témoignage des rescapés de la section dirigé me par Castle que nous est racontée cette histoire. On alterne ainsi, entre flash-back et narration au présent.

    C’est une écriture très cinématographique, maintes fois utilisée, qu’a choisi Ennis et qui convient parfaitement aux récits de guerres. Garth Ennis a fait un travail remarquable car c’est un comic-book mainstream mais en même temps presque un documentaire historique. Ne connaissant pas du tout l’histoire de ce conflit, je me suis vu, au fur et à mesure de ma lecture, pris d’intérêt par cet évènement tout en restant captivé par le scénario. Et quel ne fut pas ma surprise de constater que tous les évènements relatés dans ce livre ont vraiment existé. Bien-sûr les protagonistes, eux, sont fictifs, mais ils ont été incrustés dans l’Histoire tout en la respectant. Sa manière de traiter ce conflit est intelligente, il ne prend pas partie pour un camp mais relate l'événement en prenant le point de vue des deux factions. Des thèmes associés bien souvent à ce genre de récits sont abordés : la bravoure, le sens de la guerre, la vie de camp, les conséquences psychotraumatiques et bien d’autres encore. Ils sont abordés de manière intrinsèque, naturellement, et ne prennent pas le dessus sur le récit. Mais, on sent bien que c’est un sujet extrêmement bien travaillé par le scénariste Irlandais.

    Côté dessin, Goran Parlov appuie pleinement le scénario en utilisant un découpage, lui aussi, cinématographique. Il n’y que des planches panoramiques découpées en quatre ou cinq cases. Cela remplit parfaitement son rôle pour la mise en scène. Au niveau du coup de crayon ça reste assez simple sur les personnages, peu de détails sur les visages, ce qui donne une grande difficulté pour reconnaître qui est qui quand on alterne entre le présent et le passé. C’est un peu fouilli, mais c’est la guerre et ça reste cohérent avec le sujet traité. Par contre, les décors sont assez bien retranscrits et les scènes d’actions très bien réalisées. J’ai aussi aimé la colorisation aux tons chauds qui véhicule bien l’impression de chaleur qu’on imagine si bien dans la jungle Vietnamienne.

    Avec ce comic-book, Ennis et Parlov nous offrent une fiction historique du plus bel effet. J’ai beaucoup apprécié ce comic-book et je le relirai avec plaisir. On en apprend plus sur l’histoire du Punisher tout en étant baigné dans un conflit majeur de l’Histoire des Etats-Unis : la guerre du Vietnam et l’offensive du Tết qui débuta en 1968. Assaut de grande ampleur par toutes les troupes communistes contre la république du Vietnam soutenue par les américains. Le dessin aurait pu être un peu plus soigné, mais il fait largement le job et nous transporte dans cette ambiance si particulière que l’on a tous ressenti à travers des films sur le sujet. Si vous aimez le justicier à la tête de mort : foncez ! Vous passerez un bon moment tout en vous instruisant, en tout cas, ce fut mon cas :p

    L’édition 100% de Panini est fidèle à elle-même, le strict nécessaire, petite introduction, covers intercalés et bio succincte des auteurs à la fin. Le tout imprimé sur un papier de bonne qualité pour un prix correct.

    9

    Meudah - 04 août 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Punisher - La Section T.1 ?
Ecrire une critique