• Critique Black Panther - Le Sacre de La Panthère Noire T.1 par

    2018 est une année où Black Panther a eu beaucoup de succès. D’une part le film est une grosse réussite, le run de Ta-nehisi Coates a remis T’Challa sur la carte de l’univers Marvel et l’idée de ma nouvelle coupe vient de Killmonger. Bref, grosse année.

    Pour profiter de cet élan, Marvel revient sur les origines de la panthère à travers ce nouveau récit : “Le sacre de la panthère noire”, qui va permettre d’intégrer et/ou modifier des éléments de la continuité permettant de mieux coller au run actuel.

    Cette mini série en 6 épisodes est écrite par Evan Narcisse, un journaliste spécialisé dans les comics, les jeux-vidéos et aussi la communauté afro-américaine, en somme, un profil qui ne peut que rappeler celui de Ta-nehisi qui le supervise sur cette oeuvre.

    Ainsi, cette dernière est un exercice de style, reprenant les origines depuis le début de T’Challa, c’est-à-dire de ses parents, jusqu’à son arrivée jusqu’aux Avengers. En soit, j’ai pas forcément été surpris des évènements mais l’auteur amène une plus grande dimension politique au tout avec l'isolationnisme et l’aspect culturel principalement. Même si chaque épisode est agrémenté de sa dose d’action, j’y ai retrouvé les mêmes lacunes que son mentor lors de ses débuts dans les comics. L’écriture manque de rythme et est trop académique à mon goût. Mais j’ai apprécié le renforcement politique de ces origines qui donnent une vraie continuité avec le run d’aujourd’hui et surement ce qui fait le succès et le charme de la saga (en tout cas à mon goût), même si j’ai un bémol sur Killmonger que je trouve assez raté.

    Visuellement, la saga est tout d’abord dessinée par notre frenchy national Paul Renaud, toujours aussi efficace. Pour ceux qui ne le connaissent pas, l’artiste a un style iconique très propre avec un trait lisse et des découpages de page pétants. Il donne même envie d’être un super héros… Voire même vieillir dans cet univers tant le père de T’Challa semble mourir jeune avec une simple teinture blanche... Étonnamment, Javier Pina, qui dessine en alternance avec le français, s’est calé sur le style du premier et fait un très bon travail respectant une unité graphique sur ce récit très agréable à regarder.

    Petit bémole sur l’édition : il serait de bon ton de mettre le titre de la saga également sur la couverture, car on serait tenté de penser que cet album est la suite du run de Ta-nehisi Coates alors qu’il n’en est rien (même si la mini série est liée à ce dernier).

    6

    Blackiruah - 06 janvier 2019

    1 membre aime | Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu Black Panther - Le Sacre de La Panthère Noire T.1 ?
Ecrire une critique