• Critique Bad Ass - Jack Goes to Hell T.1 par

    S’il y a une chose que je sais bien, c’est que je suis un vrai emmerdeur avec mes chats, surtout mon mâle d’ailleurs. Dès fois quand je le vois se prélasser sur le canapé, l’envie me prend de venir l’enquiquiner jusqu’au moment où il finit par péter un cable… Un délice ! (Et oui je suis une vraie peste) C’est peut être pour ça que j’aime la série Bad Ass et son héros Dead End qui se révèle être le parfait emmerdeur…

    Ainsi, Delcourt nous ramène à nouveau ce personnage à travers ce spin off “Jack goes to hell” qui s’intéresse à ce petit interlude où Dead End fut mort durant la série principale. Comment est-il revenu ? Que s’est il passé pour que même l’enfer se débarasse de ce héros si… harassant ! Tout est expliqué ici.

    Après avoir fait le tour des super héros sur la terre, Herik Hanna nous plonge dans la découverte de l’enfer de cette saga. Et évidemment, elle est bien barrée à l’image de sa franchise. Et mettez un Dead End dans tout ça et ça vous donne une aventure complètement délurée où le héros n’en fera qu’à sa tête l'emmenant dans des péripéties à l’encontre d’anciens ennemis et/ou victimes. Même si la lecture fut plutôt distrayante, le récit reste moins passionnant et ambitieux que les premiers volumes. Il y a moins de surprises, moins de clins d’oeil aux univers des comics même si d’autres univers de pop culture facilement reconnaissables sont présents. Reste que la formule s’avère efficace : j’avoue avoir souvent souri devant un certain nombre de situation et résolution cocasse.

    Par contre, j’ai été nettement moins séduit par les illustrations de Redec. La différence avec Bruno Bessadi se joue avant tout sur les détails : son trait est trop lisse, faisant trop ressentir l’utilisation du numérique et le style graphique bascule un peu trop du côté du manga. Cela dit l’univers visuel est respecté et il est toujours aussi agréable de fouiner sur chaque planche pour regarder si les auteurs nous ont caché certaines choses. Notons aussi l’aisance de l’artiste pour réaliser les scènes d’action dynamiques, plutôt légion dans ce volume.

    Au final, ce petit spin off de Bad ass est une piqûre de rappel de cet anti-héros français qui reste attachant et surtout fun. Bien inférieur à la série principale, “Jack goes to hell” procure tout de même une lecture légère et amusante qui étoffe encore cet univers : un volume à réserver aux amateurs de la franchise qui sauront où ils mettront les pieds. La franchise montre toujours qu’elle a du potentiel, vivement la suite ! Tiens d’ailleurs je vais retourner casser les pieds de mon chat… Dead End m’a donné quelques idées...

    6

    Blackiruah - 21 janvier 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Bad Ass - Jack Goes to Hell T.1 ?
Ecrire une critique
    Autres critiques séries de Blackiruah au hasard
  • House of M
    10