• Critique Rick et Morty T.2 par

    Grand fan du génial dessin animé "Rick and Morty" de Dan Harmon et Justin Roiland, je découvre le comic-book dérivé de Oni Press avec ce tome 2 publié par Hi Comics. Et vu les qualités de cette transposition sur papier des délirantes aventures interdimensionnelles de l'inventeur cynique et alcoolique Rick Sanchez (parodie trash d'un de mes personnages préférés) et de son petit-fils Morty, je ne vais pas tarder à me procurer le tome 1, nom de Zeus !

    Le scénariste Zac Gorman a su dès le début s'amuser avec le concept de la série animée puisque les 10 premiers épisodes de la bande dessinée mettent en scène une des innombrables versions alternatives de Rick & Morty. Cette décision a permis dans un premier temps aux auteurs de développer leurs propres histoires sans se soucier de la continuité du dessin animé (dont la deuxième saison n'avait pas encore été diffusée au moment du lancement du comic-book).
    Ce n'est qu'à partir du #11 (au sommaire du troisième tome prévu en France pour novembre) que Gorman et les scénaristes successifs ont fait la transition vers les Rick et Morty de la télévision (ceux de la Dimension C-137).

    Très bon complément au dessin animé, le comic-book retrouve ce qui fait le sel du show, ce côté sombre et dépressif qui touche les protagonistes et qui n'exclut pas un humour ravageur; sa densité; ses références à gogo (dont certaines très pointues, comme le fait justement remarquer Morty). C'est bien écrit et je n'ai pas eu de problème à retrouver la "voix" des personnages. L'arc narratif en 3 épisodes qui ouvre ce second tome se déroule sur un monde sans Rick (particularité qui sera expliquée au fil du récit) démarre sur les chapeaux de roues et réserve de nombreux rebondissements sur un rythme enlevé.

    Petit bémol pour l'épisode 4, entièrement consacré à un de ces feuilletons d'une autre dimension dont raffole Rick, "L'Agence Grosses Boules" (dessiné par Andrew McLean, dont le style très particulier divise les lecteurs). Cette parodie de l'"Agence tous risques" tire en longueur et aurait été à mon avis plus efficace sous la forme d'un récit court, comme les très sympathiques historiettes (les "back-ups", comme disent les américains) de 4 pages placées en fin de volume.

    Et pour terminer cette nouvelle livraison, Zac Gorman, qui est aussi dessinateur, reprend les crayons pour nous livrer un inquiétant Conte de Noël. Une atmosphère plus horrifique, mais qui sait encore une fois manier les changements de ton. Bref, un menu bien goûtu ! BURRP !

    7

    Le Doc - 12 juillet 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Rick et Morty T.2 ?
Ecrire une critique