• Critique War Mother T.1 par

    WAR MOTHER FUCKER



    Tout commence il y a deux ans (03/08/16) quand Valiant sort un one-shoot intitulé « 4001 AD WAR MOTHER #1 ». On y voyait Tomas Giorello (Conan, XO Manowar) dessiné de main de maître une histoire de Fred Van Lente (Weapon X, Generation Zero) qui décrivait le futur de l'univers Valiant en complément de celui de Rai. En effet, le monde de War Mother (WM) se situe sur Terre par rapport à celui de Rai (New Japan) qui orbite autour de celle-ci. Une grande partie de la planète a été réduite à un désert aride. Les survivants de cette nouvelle ère désolée, privés des ressources naturelles autrefois luxuriantes de la planète, doivent endurer de grandes difficultés pour survivre. Au milieu de la dévastation, un avant-poste de connaissances scientifiques a prospéré en adhérant à un code d’isolement strict. Mais même les habitants de cette ville fortifiée, appelée le bosquet, doivent s'aventurer dans les terres incultes pour rassembler les matériaux des restes de ce qui était. Cette tâche est réservée à leur sauveur: Ana qui s'est vu liée au sniper surpuissant Flaco doué de conscience qui a fait d'elle la WM.
    Un an après (23/08/17) sortait la minisérie WM en quatre épisodes, toujours scénarisée par F.V. Lente mais avec cette fois-ci avec Stephen Segovia (Wonder Woman, Shadowman) au dessin qui va s'atteler à développer ce monde de WM.
    Le tout est compilé dans cette album en français de chez Bliss Comics d'une qualité toujours irréprochable surtout dans ce format de 144 pages.

    Le premier one-shoot m'avait enchanté à l'époque et j'étais fou de joie à l'annonce de la reprise de WM en minisérie un an après car ce 4001 AD WAR MOTHER m'avait réconcilié avec le futur de l'univers Valiant. En effet, même si j’apprécie le propos de la série Rai, son traitement graphique me laissait froid (ce qui pourrait se justifier mais bon...), du coup, avoir, et pour la première fois chez Valiant, un Tomas Giorello exceptionnel pour la description de cette univers à l'opposé de celui de Rai m'avait transporté (tout comme l'annonce de son passage sur le personnage de XO Manowar six mois plus tard, personnage très semblable à WM).
    Au final, même si la minisérie est largement en dessous du one-shot (surtout graphiquement), on ne boude pas son plaisir à lire l'histoire de la survie de ce qui reste d'humanité sur Terre dans cet univers Valiant qui, somme toute, reste de forte bonne facture. C’est donc une lecture à recommander malgré le déséquilibre existant dans son assemblage.
    Si vous aimez l'univers Valiant, si vous êtes un lecteur de le série Rai, vous adorerez ce tome qui enrichit cet univers de forte belle manière. Si ce n'est pas le cas, vous pourrez tout de même lire cet opus car il peut très bien servir de porte d'entrée et vous allez vous la prendre dans la gueule, vous retiendrez à jamais son nom, non pas WM mais plutôt celui de Tomas Giorello, parce qu'il le vaut bien...

    8

    magictoad - 12 septembre 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu War Mother T.1 ?
Ecrire une critique