• Critique Gideon Falls T.1 par

    Certains lieux exercent une indéniable attraction...et les récits d'horreur en regorgent. Pour sa première véritable incursion dans le genre, le prolifique scénariste canadien Jeff Lemire tisse une intrigue autour de deux villes, en explorant à la fois un environnement urbain et un paysage rural, et d'une étrange construction, une grange noire qui semble défier le temps et l'espace et qui exsude le mal.

    Le récit s'intéresse parallèlement à deux groupes de protagonistes. Dans une grande ville, un jeune homme qui répond au prénom de Norton (et qui se trouve être un personnage que Jeff Lemire a créé dans sa jeunesse, à l'époque de ses études de cinéma) est obsédé par ce que peut renfermer les déchets des habitants. Cette expression de son anxiété, de la paranoïa qui lui fait voir une conspiration qui le mène sur la piste de la grange noire qui lui est apparue quand il était encore enfant, est analysée par une psychiatre qui se laisse peu à peu happer par la vision du monde de son client.

    La narration est double car Norton n'est pas le seul à avoir vu la grange noire. Le père Wilfred, un pasteur qui a eu son lot de problèmes dans le passé est envoyé dans la petite bourgade de Gideon Falls. Il a la charge de succéder au père Tom, mort dans d'étranges circonstances...et justement ce qui va se passer lors de sa première nuit va bouleverser ses certitudes...

    L'horreur est un genre difficile à rendre en bande dessinée et c'est quelque chose que Jeff Lemire évoque dans les intéressants bonus de fin d'album. Il parvient à maintenir tout au long de ces six premiers numéros une sensation de malaise et une atmosphère palpable. Lemire passe d'un lieu à l'autre tout en maintenant l'intérêt grâce à un suspense bien dosé et un mystère qui s'épaissit de plus en plus au fur et à mesure des chapitres. La mise en place est accrocheuse, avec quelques cliffhangers très efficaces, l'ensemble monte en puissance et ne manque pas de visuels troublants et de scènes étonnantes.

    La partie graphique est parfaitement adaptée à l'histoire racontée. J'ai été un peu déçu ces derniers temps par les dessins de l'italien Andrea Sorrentino, qui s'est un peu perdu dans les comics de super-héros de Marvel comme l'événement "Secret Empire". Je le trouve plus à son aise ici : ses planches regorgent de trouvailles qui expriment, entre autres, les tourments des personnages. Les renvois continuels entre les deux lieux de l'action peuvent même trouver un écho d'une page à l'autre et renforcent encore plus les questions que je me suis posées pendant la lecture. Les choix de colorisation de Dave Stewart, que les fans de l'univers Hellboy connaissent bien, participent pleinement à cette ambiance particulière.

    Bref, un premier tome extrêmement intrigant, avec une dernière page (très) surprenante qui prépare habilement le terrain pour le second arc narratif...



    8

    Le Doc - 26 octobre 2018

    1 membre aime | Vous avez aimé cette critique Annuler
Vous avez lu Gideon Falls T.1 ?
Ecrire une critique