• Critique Contro Natura T.0 par

    ...surtout lorsqu'elle est aussi injuste que celle qui régit l'univers de Contro Natura...

    La jeune artiste italienne Mirka Andolfo  (qui aura 30 ans l'année prochaine) partage son temps entre son pays natal, les U.S.A. et la France. Dans les comics, elle travaille régulièrement pour DC Comics, notamment sur Wonder Woman, Harley Quinn, DC Bombshells ou encore dernièrement la série Vertigo Hex Wives.Pour la France, elle prépare un album avec Sylvain Runberg pour la collection Log-In de Glénat. Et en Italie, elle développe ses propres créations, comme Ange et Démon (disponible chez Kennes Editions) et Contro Natura, qui est publié intégralement en un seul volume en France chez Glénat (alors que la version italienne est parue chez Panini !) avant de sortir aux States chez Image Comics sous la forme d'une maxi-série en 12 épisodes. 

    Contro Natura a d'ailleurs un découpage façon comics puisque chaque chapitre fait 20 pages que Mirka Andolfo réalise presque entièrement en solo (elle a juste un assistant pour les couleurs et elle ne fait pas le lettrage...les journées n'ont que 24 heures, hein). Et graphiquement, cette bande dessinée est très belle, très riche. L'imagination est fertile, les personnages ont des caractéristiques qui les rendent craquants, touchants, sexy pour certains, mais aussi effrayants et ambigus pour d'autres.

    Cet univers peuplé d'animaux anthropomorphiques a une longue histoire qui est révélée au fur et à mesure du déroulement du récit et Mirka Andolfo réussit un bel équilibre entre un aspect souvent cartoonesque et le contraste avec un ton plus sombre, violent dans la description de ce monde où les relations soi-disant "contre nature" sont déclarées hors-la-loi ainsi que dans les épreuves difficiles vécues par les protagonistes. 

    Mirka Andolfo parle de sujets forts par le prisme d'une "fantasy érotique" qui suit le parcours mouvementé d'une jeune truie, l'attachante Leslie, qui rêve du grand amour dans un monde où l'"âme soeur" est choisie par un "programme de reproduction". J'ai trouvé certains chapitres du deuxième acte un chouïa inégaux, mais dans l'ensemble cette saga est bien rythmée, très dynamique et les rebondissements ne manquent pas. 

    Cette édition se referme sur un joli sketchbook composé de croquis préparatoires et de couvertures, avec des dessinateurs invités comme Milo Manara, Bengal, Tanino Liberatore ou encore Giorgio Cavazzano. 

    8

    Le Doc - 16 décembre 2018

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Contro Natura T.0 ?
Ecrire une critique