• Critique Generation Gone T.1 par

    Baldwin Nick et Elena sont trois jeunes pirates informatiques, plutôt tendance black hat puisque nous faisons leur connaissance au début du récit alors qu’ils piratent la DARPA (un centre de recherches militaires) « pour s’entraîner ». Plus tard, les trois amis se tourneront vers un coup plus classique mais surtout bien plus lucratif : une banque.
    Avec ce braquage, ils comptent se mettre à l’abri pour toujours tout en faisant évidemment bénéficier leurs familles.
    Évidemment, tout ne va pas se passer comme prévu, la quatrième de couverture vous avertit, il sera aussi question de super-pouvoirs.

    Generation gone utilise les ingrédients standards du récit pour adolescents et jeunes adultes : du piratage informatique, le fantasme d’une richesse infinie, des super-pouvoirs, du pouvoir tout court, un complot, des sentiments contraires et un soupçon de pathos. Mais le tout assez bien dosé pour qu’on ne tombe pas dans le stéréotype du teen-bouquin qui veut en faire trop, du genre : « Bidule est une jeune adolescente qui travaille jour et nuit pour subvenir aux besoins de sa mère cancéreuse et de son petit frère transsexuel pendant que son père est en prison après avoir osé critiquer le régime politique dans un tableau. Saura-t-elle dépasser son complexe lié à l’amputation de son nez, elle qui doute de ses sentiments pour Truc mais aussi pour Machine ? ».

    Le scénariste, Aleš Kot, parvient donc à éviter la caricature, tout en mettant en scène trois personnages très archétypaux aux prises avec des questions qui ne sont pas neuves dans ce genre d’histoire. Sans être révolutionnaire (mais ce n’était sans doute pas son intention), il parvient à développer un récit court et prenant et dont la lecture est plutôt agréable, quel que soit l’âge du lecteur ou de la lectrice.

    L’ensemble est servi par André Lima Araujo, un dessinateur Portugais au style graphique très européen, tranchant avec ce qu’on a l’habitude de voir dans le monde des comics adressés aux jeunes adultes, un bon point donc.

    7

    bulgroz - 08 mars 2019

    Avez-vous aimé cette critique ? OUI NON
Vous avez lu Generation Gone T.1 ?
Ecrire une critique