Projet avorté : Silver Surfer: The Lost Adventure (Jean-Marc Lofficier/José Ladrönn)

 

Ce n’est pas un secret pour les fans de Norrin Radd (d’autant que Stan Lee n’hésite pas à l’admettre), le Surfeur d’Argent est à la base l’invention du seul Jack Kirby.
À partir d’un postulat ambitieux (“Fais-les affronter Dieu”), assez délicat à gérer et plutôt casse-gueule (il suffit de voir comment Englehart a été obligé de ruser, pour faire en sorte que la conclusion de sa saga avec Dr Strange, Mordo et Sise-Neg soit publiée), il n’en fallut pas davantage pour que l’imagination de Kirby aboutisse à Galactus, le dévoreur de mondes.

Lorsque Stan Lee découvre les pages du début de la célèbre “Galactus Trilogy” dans Fantastic Four #48, il est agréablement surpris par la présence inattendue de ce mystérieux surfeur argenté slalomant entre les météorites (une version confirmée plus tard par Roy Thomas, présent au moment de la découverte des planches par Lee).
Puisque le lectorat a répondu positivement à l’arrivée de ce nouveau personnage, le Surfer est donc réapparu à plusieurs reprises, grossissant ainsi les rangs des principaux alliés des FF (les Inhumains, la Panthère noire, Wyatt Wingfoot, Agatha Harkness, etc…).

 

 

Lee ne tarde pas à s’amouracher du héraut déchu, et cela au détriment de la caractérisation initiale du Surfer, puisque la vision du personnage selon Lee ou Kirby a tendance à différer radicalement. Son créateur l’envisage comme un alien pur, innocent et colérique tandis que la version de Lee se veut plus messianique et humanisée (chez Kirby, rien n’indique que son existence puisse se résumer à autre chose qu’à servir Galactus, Zenn-La et Shalla-Bal étant après tout des apports ultérieurs de Lee), pour mieux développer sa facette de “pleureuse cosmique”, si populaire en France du temps de Lug.

Après avoir offert au Surfer une première aventure solo dans un annual des FF (le back-up avec Quasimodo), et alors que Goodman et Lee peuvent enfin se permettre d’éditer à nouveau un nombre de titres plus conséquent à partir de 1968, l’ex-héraut de Galactus est fin prêt à voler de ses propres ailes. Pour Lee, le meilleur moyen de se le réapproprier consiste à supplanter la version d’origine et donc à l’éloigner du périmètre de Kirby, en exfiltrant le Surfer hors du titre de la “First Family”.

 

 

Rien n’est trop beau pour la nouvelle coqueluche de Lee ; le prix et la pagination sont au-dessus de la moyenne, sur les premiers numéros, John Buscema donne le meilleur de lui-même avec certaines des planches les plus somptueuses de sa carrière, et Lee a tout le loisir de parachever le statut de paria tourmenté du Surfer, s’inscrivant dans le prolongement des autres outsiders mal-aimés de l’univers Marvel des années 60.

 

 

Lee ne lésine pas sur l’ambition et les moyens, mais cela ne suffira pas pour autant à faire de la série un hit.
Au bout d’une quinzaine de numéros, il cherche à relancer le personnage dans une direction qui pourrait idéalement permettre à la série de trouver son public. Le titre ayant alors besoin d’une nouvelle impulsion créative, Lee fait appel à Kirby pour sauver les meubles (alors que celui-ci était sur le point de partir chez DC, comme l’indique la “Stan’s Soapbox” de ce numéro).

 

 

 

À l’occasion de ce dernier virage, le Surfer mélancolique de Lee laisse place à la version plus furibarde de Kirby (la vision du créateur reprenant ainsi fugacement ses droits), amorçant la mue d’un personnage désormais enclin à se retourner contre l’humanité, après tout ce qu’elle lui a fait subir.
Ce changement d’approche n’ira finalement pas bien loin, puisque Goodman préfère arrêter les frais, celui-ci ayant décidé de stopper le titre avant même d’avoir eu accès aux chiffres de vente de ce dernier numéro décisif.
Une relance a été envisagée, en renommant la série “The Savage Silver Surfer” et en confiant la partie graphique à Herb Trimpe (l’encreur du dernier numéro), mais ce projet n’a pas abouti. Par la suite, la réapparition du Surfer dans les pages du titre solo de Namor permettra de révéler que l’ancien héraut de Galactus a finalement renoncé à sa croisade vengeresse (le conflit s’étant manifestement réglé en hors-champ, comme si cette intrigue avait été perçue comme encombrante, et donc enfouie sous le tapis en attendant que quelqu’un daigne l’exhumer).

 

 

Quelques années plus tard, le trio Lee/Kirby/Sinnott a fini par se réunir pour la dernière fois en 1978, à l’occasion d’une histoire à part du Silver Surfer sur le plan de la continuité, pas vraiment conçue comme un prolongement de sa première série régulière, mais plutôt comme une relecture de la première arrivée sur Terre du dévoreur de mondes et de son héraut, mais sans les FF pour les contrecarrer. Ce graphic novel paru chez Fireside a en réalité été pensé comme une sorte de prêt-à-adapter, en vue d’un projet d’adaptation produit par Lee Kramer, et délesté de ses références à l’Univers Marvel pour une question de droits cinématographiques.

Ce projet d’opéra rock restera lui aussi inachevé (le Doc l’avait déjà évoqué dans la rubrique les petites histoires du grand écran). Au cours des années suivantes, le King se reconvertira dans le domaine de l’animation avant d’entamer son bras de fer juridique avec Marvel au cours de années 80, et Stan Lee ne s ‘occupera plus du Surfer que de façon épisodique (un one-shot avec John Byrne par-ci, une collaboration avec Moebius par-là), avant de laisser peu à peu les rênes de son personnage fétiche à d’autres scénaristes (Englehart, Starlin, etc…).

 

 

Pour savoir ce qui a bien pu arriver après ce fatidique numéro 18, il a ensuite fallut attendre jusqu’à la fin des années 90 pour avoir enfin droit à un élément de réponse (dans le cadre d’un épisode de la série Webspinners: Tales of Spider-Man).

 

 

Cette volonté de donner une suite à la série initiale n’est en aucun cas unique (le projet avorté Silver Surfer: Year Zero de Morrison et Quitely devait se conformer également à la même démarche), puisque durant la même période (vers 1997/1998), Lofficier et Ladrönn avaient concocté un projet semblable, rien de moins qu’un graphic novel de 64 pages, et dont l’objectif était de débuter directement là où le numéro 18 de Lee/Kirby s’était arrêté.

 

 

L’avancée du projet semblait être en bonne voie puisque le scénario était achevé et les quatre premières planches ont même été colorisées, mais un désaccord sur le plan contractuel a eu raison de son aboutissement.

Au cours de cette aventure, le Surfer devait faire équipe avec le Docteur Strange (celui de la fin des années 60, reconnaissable à son masque bleu) et Iron Man (l’occasion pour l’équipe créative d’utiliser le design visible sur une illustration de Moebius) pour sauver une Terre alternative de la menace que constitue Overlord (dont la première et unique apparition remonte au sixième numéro de la première série du Surfer).

 

 

Cette Terre, dénuée de super-héros, n’est autre que celle qui a précédemment été utilisée à deux reprises, la première fois dans le cadre du graphic novel de Lee et Kirby sur le Surfer, et la seconde fois à l’occasion du Silver Surfer: Parable de Lee et Moebius (publié à la fin des années 80).
Le Surfer de cette Terre (“Earth-M”) a été réduit en esclavage après l’assassinat de son maître par Overlord (ce pauvre Norrin alternatif, appelé à se sacrifier héroïquement, devait même se retrouver doté d’ implants cybernétiques, le faisant ressembler aux Borgs de Star Trek).
Pour contrer cette menace, les humains ont fondé la résistance, avec à sa tête Irena Candel (la sorcière suprême de cette Terre), la fille d’Elyna (aperçue dans le récit de Lee & Moebius).
Comme prévu à la base, l’'intrigue revient également sur l’échauffourée entre le chauve argenté, le SHIELD et tête-de-fer, au cours duquel le sacrifice d’un certain Bill Butler/Vanadium a poussé le Surfer à renoncer à sa revanche envers l’humanité.

Le projet de Lofficier visait ainsi à constituer une sorte de synthèse, en reliant diverses histoires éparses (“The Ultimate Cosmic Experience” et “Parable”, les numéros 6 et 18 de la première série de 1968) par le biais d’un team-up entre le Surfer et Strange, annonciateur de leur future association au sein de l’équipe des Défenseurs.
Ladrönn a par la suite eu l’occasion de s’occuper des Inhumains, ceux-là même qui avaient affronté le Surfer dans ce fameux numéro 18 (le nexus et dénominateur commun de tous ces projets avortés).

 

 

PAGE 1
Panel 1:
The windswept expanses of the Himalaya Mountains.
CAPTION: ONCE UPON A TIME, IN THE EAST…
CAPTION: …The FAR EAST…
MEDUSA(OFF): They’re moving away.

Panel 2:
A single line of figures are trekking through the snow. The scene is being seen through some kind of magnifying scope.
MEDUSA(OFF): MAXIMUS has fled. The GREAT REFUGE is SAFE!
KARNAK(OFF): How do we know these are not his ALLIES?

Panel 3:
The observers are revealed: MEDUSA and KARNAK (watching through a scope rifle) of the INHUMANS.
KARNAK: Maybe we should TAKE CARE of them…
KARNAK: It would be CHILD’S PLAY for me to cause an AVALANCHE…

Panel 4:
PULL BACK to a WIDER ANGLE.
MEDUSA: NO! It would give us away!
MEDUSA: Besides, these are DIFFERENT somehow. They do NOT seek INHUMANS…
MEDUSA: I feel they’re HUNTING ANOTHER PREY…

Panel 5:
BLACK BOLT makes an imperious gesture, ordering the others back. Behind him, we SEE LOCKJAW.
MEDUSA: BLACK BOLT agrees.
MEDUSA: He orders us to return to the GREAT REFUGE!

Panel 6:
The INHUMANS teleport away.
[NO COPY]

 

 

PAGE 2
Panel 1:
LARGER PANEL. ESTABLISHING SHOT of the mysterious mountaineers. They are: a bald, germanic, villainous figure, clearly in charge of the expedition. His name is DRACO. He is looking through a pair of binoculars. Behind him is a human LACKEY. They are accompanied by a squad of sophisticated DOOMBOTS.
CAPTION: ONCE UPON A TIME, IN A NOT TOO FAR DISTANT PAST…
DOOMBOT: I- DETECT- TARGET’S- SIGNATURE- ENERGY- PULSE. TARGET- MUST- BE- CLOSE.
[Note to Letterer: DOOMBOTS speak in robotic style, with dashes between words.]
LACKEY: MEIN GOTT! He’s found us first!
DRACO: I don’t think so…

Panel 2:
The hunters approach a ledge. A DOOMBOT offers a sophisticated gun to DRACO.
DRACO: The WEAPON! QUICK!

Panel 3:
The fearful LACKEY attempts to raise an objection.
LACKEY: But what if the WEAPON fails, Herr DRACO…
DRACO: The MASTER’S weapons NEVER fail, you impudent fool!

Panel 4:
They cautiously advance through the snow towards the ledge.
DRACO: You’re lucky the MASTER is not here.
DRACO: He’d kill you on the spot for your INSOLENCE!

Panel 5:
Same, WIDER.
DRACO: I am FAR TOO MERCIFUL…

 

 

PAGE 3
Panel 1:
The SILVER SURFER, holding his board, reflecting upon his fate. He looks angry. Reference: SILVER SURFER # 18, page 18. The scene is seen through a scope.
CAP(SURFER): “Too long have I displayed RESTRAINT! TOO LONG have I refused to flaunt my POWER!
CAP(SURFER): "But NOW my very SOUL is aflame with burning RAGE!”

Panel 2:
DRACO is adjusting the SURFER in his sights. Behind him the LACKEY fumbles.
DRACO: Now, SILENCE!
DRACO: I must concentrate on the TARGET!

Panel 3:
CLOSE-UP on the LACKEY fumbling with his gun.
LACKEY: Jawohl, Herr Draco… I, er…
GUN(SPFX): click

Panel 4:
The LACKEY’s gun accidentally goes off just as DRACO fires.
LACKEY’S GUN (small SPFX):BAM
DRACO’S GUN (big SPFX): ZZTAK!

Straddling Panels 4 & 5:
CAP(SURFER): “In a world of MADNESS, I tried to practice reason, but all I won was HATRED – and everlasting STRIFE!
CAP(SURFER): ”!?!“

Panel 5:
DRACO is berating the LACKEY for his clumsiness.
DRACO: FOOL! Because of you, I MISSED! The MASTER will have
your head!
LACKEY: I’m SORRY, Herr DRACO! I didn’t mean to…

Panel 6:
One of the DOOMBOTS reports what he sees on a portable scanner to DRACO.
DOOMBOT: THE- TARGET- IS- MOVING.

Panel 7:
DRACO issues instructions to the DOOMBOTS. The LACKEY points towards off-panel.
DRACO: QUICK! Lock onto his energy signature! Scan for…
LACKEY: TOO LATE!

 

 

PAGE 4
Panel 1:
The SILVER SURFER bursts onto the scene, sending the men spinning into the snow.
SURFER: HUMANS AGAIN! Infamous race that thinks only of DEATH and DESTRUCTION!
SURFER: Will I NEVER be FREE of your INSANE VIOLENCE?

Panel 2:
CLOSE-UP on DRACO instructing the DOOMBOTS to fire.
DRACO: SHOOT HIM!

Panel 3:
The DOOMBOTS let out a volley of electric fire.
[NO COPY.]

Panel 4:
The SURFER easily avoids the fire.
[NO COPY.]

Panel 5:
The LACKEY observes the scene in dismay.
LACKEY: He’s TOO FAST! I knew this would happen! We’re LOST NOW!

Panel 6:
CLOSE-UP on the SURFER’s face, expressing his rage.
SURFER: So I’ll have DONE with REASON, and with LOVE, or MERCY!
SURFER(CONT): To YOU, they are only WORDS – to be uttered and IGNORED!

Panel 7:
WIDE ANGLE of the SURFER shooting cosmic bolts at the DOOMBOTS, blowing up chunks of ice, scatterring them like pins.
SURFER: Since a fiendish fate has TRAPPED me here, with a hostile RACE on this nightmare WORLD…
SURFER(CONT): I’ll FORGET my heritage – BLOT OUT my space-born ETHIC!
SPFX: BTOM!

Panel 8:
CLOSE-UP on DRACO, trying to grab hold of the gun that he shot before and which is now lying in the snow not too far away.
DRACO: I’ve… got… only… ONE CHANCE…

Partagez cette news :

par Marko

Cinéma, Musique, B.D.

Contenu associé

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire