Retour vers le passé : Supergirl (1984)

 

REALISATEUR

Jeannot Szwarc

SCENARISTE

David Odell

DISTRIBUTION

Helen Slater, Faye Dunaway, Peter O’Toole, Hart Bochner, Brenda Vaccaro, Mia Farrow, Marc McClure…

INFOS

Long métrage américain/britannique
Genre : fantastique
Année de production : 1984

Après avoir démarré en fanfare en 1978, la franchise cinématographique Superman s’est rapidement essoufflée avec un troisième volet mal accueilli par la critique et qui a connu un semi-échec au box-office. Les producteurs Alexander et Ilya Salkind ont alors décidé de “rafraîchir” une série en perte de vitesse en donnant la vedette à la cousine de Superman pour le film suivant. Les Salkind avaient déjà eu pour projet de préparer la première apparition de Supergirl en faisant de la jeune kryptonienne l’un des nouveaux personnages de Superman III (en compagnie de Brainiac et Mr Mxyzptlk), mais cette idée fut alors rejetée par la Warner.

Supergirl fait partie bien laborieusement du “canon” de la série Superman, mais à l’origine les liens entre ce film et ce qui était encore la trilogie de l’Homme d’Acier devaient être plus resserrés. Christopher Reeve (qui avait déjà tourné sous la direction du français Jeannot Szwarc dans le très beau Quelque part dans le temps) avait donné son accord de principe pour ce qui ne devait être qu’un simple cameo qui aurait vu Superman accueillir Kara sur Terre.
Mais l’acteur, échaudé par le film précédent, a finalement changé d’avis peu de temps avant le tournage pour se consacrer au théâtre et au long métrage Les Bostoniennes de James Ivory. La présence de Superman est donc réduite à un simple poster dans la chambre de Lucy Lane, la soeur de Lois, et à une info que l’on peut entendre à la radio dans la voiture de la méchante expliquant que le héros est parti participer à une sorte de “conférence pour la paix” dans une autre galaxie.

 

 

Supergirl, c’est le genre de film que je trouvais divertissant quand j’étais gamin…mais ça n’a pas duré longtemps. Essayer d’en faire un nouveau chapitre de la saga Superman s’est fait au forceps, car il n’y a absolument rien dans ce scénario qui paraît sensé par rapport à ce qui a déjà été établi, de la présentation de la ville d’Argo City, dans “un espace intérieur” (une autre dimension), à la connaissance que Kara a de son cousin et de la Terre en passant par les actions du savant Zaltar qui déclenche bien stupidement une série d’événements en jouant avec un objet de pouvoir qui alimente Argo en énergie et qui va se retrouver sur Terre, dans “l’espace extérieur”.

 

 

Le “MacGuffin” de Supergirl, c’est l’Omégahédron, une sphère à usages multiples, capable aussi bien de créer la vie que de commander un tracto-pelle à distance, qui tombe dans un bol de sauce avant d’être récupéré par des sorcières du dimanche. Parce qu’elle s’ennuie, Selena veut conquérir le monde mais son ambition se limite pour le moment à la petite ville de Midvale dans laquelle Kara Zor-El, qui sort de sa petite capsule capable de traverser les dimensions avec un costume sur-mesure (que c’est pratique), s’inscrit en internat sous le nom de Linda Lee.

Comme pour Superman, les Salkind ont choisi une inconnue pour incarner Supergirl. Un premier film qui n’ a pas vraiment boosté la carrière de Helen Slater, qui demeure tout de même assez convaincante dans le rôle. On retrouve dans la distribution des noms très connus, mais qui étaient alors dans le creux de leur carrière : Peter O’Toole (Lawrence d’Arabie) est Zaltar, Mia Farrow (Rosemary’s Baby) ne fait que passer en maman de Supergirl et Faye Dunaway (Bonnie & Clyde) se livre à un festival de cabotinage en grande méchante.
Déjà présent dans les Superman, Marc McClure reprend le rôle de Jimmy Olsen, mais en se baladant avec la tête du mec qui ne sait pas vraiment ce qu’il fait là.

 

 

Jeannot Szwarc fait ce qu’il peut avec un script qui ne tient pas debout, mais à part une ou deux scènes sympathiques (le ballet aérien, le combat contre le monstre invisible), son film est trop long, pas très enthousiasmant, avec des personnages secondaires insupportables, des effets spéciaux qui ont très mal vieillis et un monstre nanardesque dans le dernier acte.

Après ce flop aussi bien artistique que critique et financier, Alexander et Ilya Salkind ont refilé les droits de Superman à la Cannon, ce qui a donné un quatrième film de sinistre mémoire…avant de les récupérer pour développer un dernier projet autour de l’univers des comics DC, la série télévisée Superboy qui a connu 4 saisons et 100 épisodes entre 1988 et 1992.

 
 
EN + : 


Le film a été adapté en comic-book par DC sous la forme d’un numéro spécial écrit par Joey Cavalieri et dessiné/encré/colorisé par Gray Morrow.

La couverture est signée José Luis Garcia-Lopez et Dick Giordano.

 

 

 

Partagez cette news :

par Le Doc

Contenu associé

Réagir

Il faut être connecté pour pouvoir réagir aux news.

Pas encore membre ? L'inscription est gratuite et rapide :
Devenir membre

0 commentaire